Est-ce que les poules ont déjà eu des dents ?

4 min


1
1 point

Cher(e)s ami(e)s, avant de creuser l’histoire de dentition des gallinacés, précisons un point très important qui, j’en suis sûr, illuminera vos soirées. Savez-vous ce qu’est la “dent de l’œuf” ? Située sur le pointe supérieure du bec du poussin, cette protubérance calcaire, appelée aussi le “diamant”, lui sert à casser la coquille de l’œuf pour lui permettre de sortir plus facilement. OUI, les poules possèdent une dent, à un moment précis de leur vie, même si le poussin la perd peu de temps après. Cette information tord méchamment le cou à l’expression française “quand les poules auront des dents”, une référence à l’absurde, à une situation qui n’arrivera certainement jamais…et pourtant !

“Dent de l’œuf” visible à la pointe du bec du poussin pour casser la coquille plus facilement | crédit pixabay.com

Revenons à nos moutons. Les poussins ont donc une dent qu’il perde après la naissance. Mais pourquoi diable les poules n’ont pas d’autres dents à l’âge adulte ? Et d’ailleurs, si nous revenons à la question initiale, est-ce que les poules ont déjà eu des dents par le passé ? La réponse est OUI mais il y a fort longtemps, 66 millions d’années en arrière, pour être plus précis. Selon une étude de Derek Larson, chercheur et paléontologue au Royal BC Museum, deux espèces d’oiseaux cohabitaient au moment où les gros dinosaures disparurent de la surface de la terre : ceux “à bec” et ceux “à dentition” tirant leur origine des sauropodes disparus.

La suite de l’histoire, vous la connaissez : la première espèce a supplantée la seconde. Le pourquoi ne fait pas consensus au sein de la communauté scientifique internationale. Les chercheurs, comme Derek Larson, avancent aujourd’hui 3 hypothèses, dont certaines plus plausibles que d’autres. Lumière sur chacune d’entre elles :

La graine, responsable de la disparition des “oiseaux à dents” ?

Une des raisons avancées par l’étude de Derek Larson serait liée au régime alimentaire des ancêtres des oiseaux. Lors de la chute de la météorite qui décima faunes et flores sur la terre il y a 66 millions d’années, un gigantesque incendie embrassa la végétation dans son entièreté privant les dinosaures maniraptoriens (petits dinosaures de la taille d’un oiseau) à dents de nourriture et précipitant rapidement leur extinction. En revanche, les maniraptoriens à bec purent extraire de la terre la seule denrée encore disponible en abondance pour se nourrir : la graine. Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs de l’étude ont récolté plus de 3,000 dents fossiles de différentes familles de maniraptoriens pour comprendre leur évolution sur plus de 18 millions d’années.

Squelettes de 6 maniraptoriens | crédit Wikipédia Commons

La connaissance actuelle des dinosaures décrédibilise, en revanche, cette hypothèse qui reste aujourd’hui peu probable. Certains dinosaures carnivores auraient effectivement connu une perte de dents avec l’apparition d’un bec pointu. Nous pouvons aussi nous interroger sur l’alimentation des oiseaux à l’époque qui n’était peut être pas limité à un régime alimentaire à base de graine. Contrairement à ce que l’on peut penser, la poule est omnivore et a besoin de protéines, minéraux et oligo-éléments pour bien s’alimenter. Lecture intéressante trouvé sur magalli.fr sur la nourriture pour poule si vous avez envie d’aller plus loin.

Le poids est l’ennemi de l’aviateur

Même si les poules passent leur temps à picorer, les pattes visées au sol, le propre de l’espèce est de voler et de voler léger pour échapper plus facilement à leurs prédateurs. Ainsi, les dents n’étant pas d’une grande utilité pour se nourrir, ce qui est sans intérêt ou handicapant tend à disparaitre. C’est bien connu, les espèces sont définies par la loi de la sélection naturelle et la perte de dentition en serait une.

Tout comme la première hypothèse, celle-ci, si vous me passez le jeu de mots, a du plomb dans l’aile. Elle a été contredite par la découverte de fossiles d’ancêtres de nos oiseaux dont le plus connu est l’archéoptéryx qui possédait des plumes et des dents.

Exemple d’un archéoptéryx | crédit Michel Fontaine

Accélérer les chances de survie de l’œuf

La dernière hypothèse avancée par les chercheurs pour expliquer la disparition des dents chez nos amis les oiseaux date de 2018. C’est probablement la plus plausible aujourd’hui.

Le temps d’éclosion des œufs de nos oiseaux contemporains durent de quelques jours à quelques semaines. Il y a 66 millions d’années, il fallait attendre de 3 à 6 mois après la ponte d’un œuf pour voir pointer le bout du bec du nouveau-né, une éternité ! Mais pourquoi une telle différence entre maintenant et l’ère du crétacé ? Est-ce que le changement environnemental de notre planète a perturbé et accéléré le temps du développement des embryons au sein de la coquille ? La vérité est toute autre. A l’époque, la formation des dents au cœur-même de la coquille prenait 60% du temps de développement de l’embryon. Un laps de temps suffisant aux prédateurs pour kidnapper les œufs et en faire leur repas.

Représentation d’un embryon de dinosaure. | crédit D. MAZIERSKY

L’hypothèse d’une accélération de l’éclosion de l’œuf favorable à la survie de l’espèce reste probable même si elle n’est pas applicable à toutes les ovipares. Les tortues, par exemple, n’ont pas de dents mais connaissent une longue période d’incubation (plus de 50 jours en moyenne).

Sources :


Tu aimes ça? Partages avec tes amis!

1
1 point

Quelle est votre Réaction?

J'adore J'adore
0
J'adore
Je déteste Je déteste
0
Je déteste
C'est marrant C'est marrant
0
C'est marrant
Ca m'énerve Ca m'énerve
0
Ca m'énerve
C'est triste C'est triste
0
C'est triste
#Geeky #Geeky
0
#Geeky
#Fakenews #Fakenews
0
#Fakenews
Ca fait peur Ca fait peur
0
Ca fait peur
J'ai appris quelque chose J'ai appris quelque chose
0
J'ai appris quelque chose
Rien compris Rien compris
0
Rien compris
gino

Je m’appelle Gino, jeune trentenaire et vieux blogueur ! Touche à tout du web, consultant SEO mais surtout passionné de Culture avec un grand "C" : tout ce qui m'entoure ne doit pas être ignoré, je suis un vrai boulimique culturel. S'il fallait me décrire en 2 mots et demi, je dirais "passeur de savoir"...en toute modestie ! Merci de me suivre sur le chemin de la connaissance, vous verrez, c'est un puits sans fond :)

Un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *